Accueil Politique Grand Angle Libéria: des fantômes hantent le palais de la présidence

Libéria: des fantômes hantent le palais de la présidence

11 min de lecture

Au Libéria, les travaux pour le réaménagement du Manoir, la présidence du pays, vont bon train. Sauf que cette bâtisse qui accueille les Chefs d’États libériens semble hantée.

Si au Libéria, la présidente Ellen Johnson Sirleaf semble finir son mandant indemne, elle est consciente que son cas est une exception. Selon bon nombre de citoyens, cette exception est justifiée par son refus de dormir au Manoir, excepté quelques nuits après son investiture en 2006.

Ensuite, quelques jours plus tard, Mme Sirleaf s’était retournée chez elle sous prétexte que l’endroit devait être décoré à nouveau avant qu’elle puisse y emménager. En effet, compte tenu de l’histoire du bâtiment, peu de Libériens reprochent à Mme Sirleaf de n’y avoir pas vécu. Durant tout son mandat, elle s’était logée dans une villa au bord de la mer dans le quartier du marché aux poissons de Monrovia, où elle peut faire sa nage dans sa piscine en paix.

Secret de polichinelle

Monrovia, n’importe quel Libérien le sait et le dit. Le Manoir est hanté. Pour preuve, aucun président ayant séjourné dans ce bâtiment pendant une période prolongée n’en est ressorti sain et sauf. Si Charles Taylor y a emménagé sans y perdre la vie, il y fut tout de même attaqué en 1996. Selon les dire, les esprits errent dans les couloirs du bâtiment, tandis que les « applaudissements des fantômes » peuvent être entendus tard dans la nuit, comme à la fin d’un discours, rapportent les gardes de sécurité.

Les proches amis et associés de Mme Sirleaf disent qu’elle était consternée par ce qui l’avait rencontrée lorsqu’elle est arrivée dans l’immeuble. Dans la chambre principale qui abritait ses prédécesseurs, les fenêtres avaient été peintes en noir. Idem pour les fenêtres de la petite salle familiale. Le long couloir effrayant où l’ancien président William Richard Tolbert a été tué était bien encore long et glauque.

Les murs de la salle de bain principale étaient tous des miroirs. Un salon circulaire à l’étage inférieur des quartiers résidentiels était taché de sang sur les murs et le tapis. Le plafond de ce qui devait être le bureau de Mme Sirleaf était peint avec des anges au visage sombre de Jésus-Christ.

Quand Mme Sirleaf a demandé que les anges et Jésus soient enlevés, les ouvriers superstitieux ont refusé. La première femme-chef d’État du Liberia a ensuite discrètement demandé à d’autres de repeindre le plafond une nuit. Lors d’une récente interview, elle a refusé d’entrer dans les détails. « Il y avait des anges volants au plafond dans le bureau », a-t-elle dit. « Bien sûr, nous l’avons enlevé. »

Quelques mois plus tard, un incendie que les autorités ont jugé électrique, mais que la plupart des gens croient être un incendie criminel, ravage le bâtiment. Douze ans et deux mandats présidentiels plus tard, la rénovation n’est toujours pas terminée. Lorsque le président George W. Bush est venu en visite en 2008, et a secoué son butin aux côtés de Mme Sirleaf à de la musique libérienne, ils l’ont fait sur le terrain du manoir, mais pas à l’intérieur. Selon les informations, la rénovation sera terminée dans deux ans, soit environ un tiers du mandat du prochain président.

Histoire répétée

C’est le président William Vacanarat Shadrach Tubman qui a fait construire l’endroit au début des années 1960. En 1964, il a emménagé pour sept années relativement paisibles, avant de mourir en 1971 à l’âge de 75 ans. Au Libéria où peu de personnes croient aux causes naturelles de la mort, beaucoup ont attribué le décès de M. Tubman à une prophétie de Wilhelmina Bryant-Dukuly, connue sous le nom de Mère Dukuly. Celle-ci avait publiquement averti le président qu’il allait mourir le jour où il laisserait un couteau le toucher. Le président n’avait pas accordé du crédit à cette prophétie et a autorisé des médecins à Londres à opérer sur lui pour un cancer de la prostate. Il est mort.

Ensuite, c’était le président William Richard Tolbert. Après un bref règne de neuf ans, William Tolbert a été attaqué dans l’obscurité par des soldats de sa propre armée, menés par le sergent-major. Les assaillants ont tiré trois balles sur William Tolbert, puis ont arraché son œil droit et, finalement, l’ont éventré. Ils ont arrêté sa première dame, Victoria Tolbert, et les enfants puis exécuté les membres du cabinet du président.

Selon certaines rumeurs à Monrovia, Samuel Doe qui a assuré la présidence et a élu domicile au manoir aurait des alligators dans le sous-sol nourris à la chair humaine. Samuel Doe s’était enfermé dans le manoir pendant des mois alors que les combats pour renverser son régime faisaient rage. Le 9 septembre 1990, le jour où il est sorti du manoir pour rendre visite à certaines troupes internationales de maintien de la paix, les forces de Prince Yormie Johnson ont frappé. Ils ont capturé Samuel Doe pendant un échange de tirs et l’ont emmené dans leur repaire. Celui-ci fut tué, après avoir été torturé.

Après plusieurs années de guerre civile, en 1997, le chef milice Taylor fut élu président. Il s’était installé dans le manoir avant même d’être élu. En octobre 1996, il a payé le prix quand les assaillants se sont présentés pour essayer de le tuer. Sept de ses gardes du corps ont perdu et la vie Charles Taylor sera finalement reconnue coupable de crimes de guerre. Il purge sa peine de 50 ans dans une prison britannique.

Actuellement, les équipes de construction continuent à travailler pour réparer le manoir pour le prochain président. Reste à savoir si celui aura le courage d’y séjourner.

Charger plus d'articles liés
Charger plus par Afrotribune
Charger plus dans Grand Angle
Les commentaires ont été désactivés.