Accueil Finance Afro-optimisme: ce que nous pensons de l’Afrique des potentialités

Afro-optimisme: ce que nous pensons de l’Afrique des potentialités

8 min de lecture

Mieux qu’une tendance qui envahirait une génération d’Africains pour pousser les jeunes à l’adhésion sans pour autant faire l’exception de toute mode, c’est-à-dire démoder, l’Afro-optimisme est une valeur, un principe en lequel nous avons foi pour propulser le continent.

On ne le dira jamais assez, le continent africain fait face de nouveau à un paradoxe existentiel. Alors que cette terre devient objet de concurrence diplomatique, sinon alors commerciale, entre l’Europe, les États-Unis, la Chine ou autres grandes puissances qui misent sur lui et sa population jeune et travailleuse, bien d’entre nous tentent de franchir (en vain) la Méditerranée.

Les raisons, elles ont toujours été multiples. Mais le temps où l’Afrique est réduite à une trilogie de famine, guerre, et épidémie est de plus en plus révolu dans nombre de mentalités. Du Cap au Caire, de Praia à Mogadiscio, en passant par Harare, Ouagadougou ou Banjul, les sociétés sont éveillées et se sont appris à réclamer de meilleures formes de gouvernances.

Ces nouvelles sociétés à l’avant-garde d’une Afrique en sempiternel perfectionnement, c’est la génération audacieuse et intrépide que peut incarner le martyr Mohammed Bouazizi, qui ira crier à tue-tête « Dégage » à la place Tahrir pour malheureusement s’immoler par le feu. C’est aussi la génération caractérisée par la Révolution à Ouagadougou, sans oublier les rues de Bujumbura, sa révolte contre un ordre politique obscurantiste, dynastique et exterminateur. Ce mouvement de l’Afrique, c’est aussi tomber de vieux autocrates qui se sont crus éternellement inamovibles.

Loin d’un slogan breton-woodien, l’afro-optimisme est un espace communautaire où les jeunes Africains, issus de tous les milieux et de toutes les professions, peuvent se réunir pour discuter de leur avenir commun et faire quelque chose à ce sujet. C’est, à l’image de la Négritude, une affirmation du potentiel africain ; c’est aussi au-delà de l’affirmation, pour nous, population issue de ce continent, un engagement, un pacte de renouveau.

L’afro-optimisme, c’est la génération Aliko Dangote qui enseigne la clé majeure pour réussir en Afrique. Sans légèreté,  ce potentiel dont nous nous sommes permis de rêver n’est plus que la concrétisation des ambitions  de développement. Dans notre histoire commune, les conditions pour relever durablement de nombreux défis n’ont jamais été aussi propices.

L’Afrique est en bonne voie, et plus que jamais. Au Ghana, en Éthiopie, au Sénégal, en Côte d’Ivoire, au Rwanda, en Tanzanie, ou au Kenya, pour ne citer que ces pays, le taux de croissance a de quoi faire envier l’Europe. La population est jeune, les marchés et les services financiers sont en plein développement, les classes moyennes connaissent une émergence, et les secteurs clés comme l’urbanisation, l’agriculture et l’industrialisation sont de mieux en mieux organisés.

On se félicitera aussi de la révolution numérique qui n’est que remarquable, et dont on parle toujours très peu. Les génies africains sont en train de se déployer, les talents sont exploités, les esprits débordants de créativités tentent de pallier une multitude d’écueils jadis infranchissables. Bien de jeunes assimilent l’importance de l’entrepreneuriat, et tâchent de contribuer à l’économie de leur pays de par son entremise.

Rêvons que 34 sur les 54 pays en Afrique ne figurent plus parmi les pays les moins avancés et que plus que 60 % de la population active jeune chômeuse ait retrouvé un emploi durable. Qu’un Africain sur cinq ne soit plus touché par un conflit violent, que l’Afrique pèse plus que 2 % du commerce mondial… Et pour que cela ne tienne, travaillons-y.

A Afrotribune, nous avons pris le bon côté des choses, et nous en sommes convaincus. Nous croyons en le génie africain et nous avons décidé d’y investir. Autant que faire se peut, nous voulons être ce pinceau qui dessine au bout de chacun de nos efforts, de nos articles, les nouveaux contours de l’Afrique à l’antipode une terre de malheurs. Une Afrique en innovation, en mutation dans presque tous les domaines.

Nous nous inscrivons à l’agenda 2063 de l’union Africaine (l’Afrique que nous voulons) qui est persuadée que ‘’le temps est venu de construire une Afrique intécgrée, une Afrique prospère et pacifique, conduit par ses propres citoyens et représentant une force dynamique sur la scène internationale’’. Cette Afrique, nous voulons la construire ensemble. Avec nos lecteurs!

 

Charger plus d'articles liés
Charger plus par Emmanuel Vitus
Charger plus dans Finance

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.