Accueil Société Education Les africains pourront désormais accéder gratuitement aux données satellitaires de l’Europe

Les africains pourront désormais accéder gratuitement aux données satellitaires de l’Europe

4 min de lecture

Les chercheurs africains intéressés par l’observation de la Terre disposeront désormais de données gratuites à utiliser dans le cadre d’un nouvel accord visant à utiliser la technologie satellitaire pour soutenir le développement durable.

Le département des sciences et de la technologie de l’Union africaine a récemment conclu un accord avec le programme Copernicus de la Commission européenne, qui génère quotidiennement 12 téraoctets de données d’observation de la Terre.

Considéré comme le troisième fournisseur mondial de données, le portail, à travers trois ensembles de satellites, offre des photographies aériennes numériques de la topographie de la mer, de la température du sol, des changements de végétation et des conditions météorologiques. Dans le cadre de cet accord, les scientifiques et les institutions africaines recevront également un soutien technique de la part des agences de recherche et spatiales Européennes, ce qui facilitera le processus de collaboration entre les pays et les agences.

Un pas dans la lutte contre le changement climatique

L’Afrique est extrêmement vulnérable à l’impact du changement climatique par rapport aux autres continents. Même en émettant la plus petite part mondiale des gaz à effet de serre, le continent connaît des sécheresses, des vagues de chaleur, des inondations et une augmentation du niveau de la mer plus fréquemment. À ce titre, l’utilisation de la technologie spatiale pourrait aider les gouvernements à améliorer, non seulement leur capacité d’analyse, mais également à tirer parti des nouvelles connaissances à des fins de planification.

La ratification de l’accord par l’UA montre également que les États membres commencent lentement à se rendre compte de l’impact que la science et la technologie spatiales peuvent avoir sur la myriade de défis auxquels le continent est confronté.

Pendant des années, l’argument a été que l’Afrique a trop de problèmes à traiter allant de la pauvreté à la sécurité alimentaire, la maladie et l’éducation. Mais lentement, la réflexion a évolué, d’autant plus que le coût des plus petits satellites a diminué et que la technologie est devenue accessible.

Beaucoup de pays africains manquent de l’expertise humaine ou du capital pour financer ces projets satellites. Mais de plus en plus de pays commencent à comprendre que l’acquisition d’informations géo spatiale pourrait améliorer l’agriculture, protéger les forêts tropicales de la déforestation , prévenir le changement climatique, améliorer la planification des catastrophes et fournir un accès Internet aux communautés rurales.

Charger plus d'articles liés
Charger plus par Emmanuel Vitus
Charger plus dans Education
Les commentaires ont été désactivés.