Accueil Afrique central Moyen-Orient : l’Israël va recomposer ses ‘soutiens’ en Afrique

Moyen-Orient : l’Israël va recomposer ses ‘soutiens’ en Afrique

5 min de lecture

Le premier-ministre israélien, Benjamin Netanyahu a créé un fonds pour soutenir les pays en développement. Des pays africains bénéficieront également de cette aide.

L’État israélien pense récompenser les pays en développement qui le soutiennent sur la scène internationale, à en croire les informations d’un reportage diffusé sur la chaîne Hadashot. Pour cela, le premier ministre, Benjamin Netanyahu, devrait créer un fonds nommé « 50 sur 50 », qui devrait permettre de distribuer 50 millions de dollars de financements gouvernementaux à 50 pays. Cette aide sera dédiée aux secteurs comme la technologie, l’hydraulique, l’agriculture et le développement du leadership. Toutefois, chaque pays recevra une aide basée sur ses besoins individuels, selon ce même reportage.

Le ministère des Affaires étrangères, ministère occupé également occupé par le chef de gouvernement, a dressé la liste des potentiels pays candidats qui pourraient bénéficier de cette aide. On y note une forte présence des pays africains. À eux s’ajoutent quelques autres pays d’Europe de l’Est et à l’Asie.

Le bureau du premier ministre a déclaré à Hadashot qu’il s’agissait d’un investissement faible qui pourrait néanmoins entraîner un changement majeur dans le soutien à l’Israël au cours de la prochaine décennie.

Pour cette nouvelle aide, Netanyahu a dévoilé son intention d’inclure le projet dans le prochain budget. Il aurait également chargé le directeur du ministère des Affaires étrangères de commencer la planification du projet sur la base des fonds présents dans les caisses de l’État.

Netanyahu et la grande conquête

Benjamin Netanyahu est devenu le premier chef de gouvernement israélien à se rendre en Amérique latine, en Australie et à Singapour et surtout, deux fois en Afrique (au Libéria et au Kenya) en 2017.

Depuis sa prise de fonction, les actions diplomatiques de Netanyahu vont dans un sens de séduction. Il a pu regarder au-delà des alliés traditionnels comme les États-Unis et quelques pays d’Europe occidentale. Stratège, il a également cultivé des liens avec les pays en développement qui soutiennent traditionnellement les Palestiniens.

Il a d’ailleurs longtemps vanté les prouesses technologiques et sécuritaires de son pays afin d’attirer de nouveau soutien et faire pression sur les pays qui bénéficient déjà de la coopération avec l’État juif. Et ce, en particulier, lors des votes aux Nations unies.

En Afrique, de nombreux dirigeants voient en Netanyahu un leader dont le pays a beaucoup à apporter en termes d’innovation technologique et de savoir-faire en matière de sécurité ; ou encore, en aide au développement.

Charger plus d'articles liés
Charger plus par Afrotribune
Charger plus dans Afrique central
Les commentaires ont été désactivés.