Accueil Economie Industrie & Transport Le plus grand actionnaire d’UBER veut quitter l’Afrique

Le plus grand actionnaire d’UBER veut quitter l’Afrique

6 min de lecture

Uber pourrait bientôt se retirer de certains marchés internationaux, y compris 15 villes africaines, si son nouvel actionnaire majoritaire parvient à ses fins. Un nouvel investissement de 8 milliards de dollars par un consortium dirigé par SoftBank, le géant japonais de la technologie, a permis au groupe d’acquérir 17,5 % du capital d’Uber. La part de 15 % de SoftBank fait de l’entreprise japonaise la plus grande actionnaire d’Uber. Les responsables d’Uber espèrent que l’investissement permettra à l’entreprise de « doubler » en fournissant son service « à plus de gens dans plus d’endroits autour du monde ».

Image result for uBER TAXI AFRICA

Les objectifs actuels d’Uber sur le continent africain semblent en contradiction avec la vision de SoftBank. Rajeev Misra, directeur du conseil d’administration de SoftBank, pense que cette entreprise a de meilleures chances de succès et de rentabilité si elle se concentre uniquement sur des marchés clés tels que les États-Unis, l’Europe, l’Amérique latine et l’Australie. Rajeev Misra devrait rejoindre le conseil d’Uber dans le cadre de l’accord. Softbank détient des participations significatives (paywall) dans certaines des plus grandes sociétés du monde, y compris les sociétés indiennes Ola et chinoise Didi. Il n’est donc pas surprenant qu’elle veuille que la société californienne se concentre sur les marchés clés.

 Uber et l’Afrique  

Depuis son lancement sur le marché africain en 2013, Uber s’est rapidement développé pour opérer dans huit pays dont l’Afrique du Sud, le Kenya, le Nigeria, la Tanzanie, l’Ouganda, le Ghana, l’Égypte et le Maroc. Cette expansion est survenue en dépit d’une forte opposition de la part de rivaux tels que Little Ride de Safaricom à Nairobi et le service de taxi estonien Taxify sur la plupart des marchés africains. Taxify est en partie financé par Didi, le rival mondial d’Uber, la société chinoise de ride-hailing. Au cours de ses quatre années en Afrique, Uber a connu des progrès significatifs sur le continent.

Related image

L’Égypte est l’un de ses marchés à la croissance la plus rapide dans le monde et au cours de ses 16 premiers mois à Lagos, Uber a fourni 30 % de manèges de plus que lors de ses 16 premiers mois à Londres. Au Ghana, Uber s’est associé avec le ministère des Transports pour développer un cadre réglementaire pour la technologie de covoiturage, en veillant essentiellement à ce que l’entreprise ne soit pas confrontée à des problèmes de réglementation similaires à ceux rencontrés sur d’autres marchés. En octobre 2017, son application UberEATS avait été téléchargée plus d’un demi-million de fois en Afrique du Sud, où se trouve le plus grand marché africain d’Uber.

Cependant, comme sur certains de ses autres marchés, les syndicats de taxis s’opposent aux opérations d’Uber dans des pays africains. Ils affirment que le modèle de l’entreprise de transport routier est préjudiciable à leurs activités. Mais parfois, Uber a eu l’opposition de ses propres conducteurs qui ont protesté contre de bas salaires en faisant grève à Abuja et en rejoignant un syndicat en Afrique du Sud. Pendant ce temps, à Lagos, les conducteurs ont intenté un procès pour obtenir le statut d’employé alors que d’autres ont tenté de contrer les faibles frais d’Uber en employant une fausse application GPS pour gonfler artificiellement les tarifs des passagers.

Charger plus d'articles liés
Charger plus par Afrotribune
Charger plus dans Industrie & Transport
Les commentaires ont été désactivés.