Accueil Afrique de l'ouest Bénin The Woman King: les Amazones du Dahomey reviennent à Hollywood

The Woman King: les Amazones du Dahomey reviennent à Hollywood

7 min de lecture

Après la superproduction à succès Black Panther qui vante une Afrique très technologique, les salles de cinéma sur le continent auront encore bientôt de quoi attirer les spectateurs. En perspective, le nouveau projet The Woman King, un film qui porte sur l’unité militaire ouest-africaine guerrière connue sous le nom des Amazones du Dahomey, actuel Bénin.

A Hollywood, la lutte anti-impériale du Dahomey sera bientôt célébrée dans un long-métrage. Lupita Nyong’o, actrice du désormais célèbre Black Panther va y avoir un rôle clé, celui d’une amazone d’un des royaumes les plus puissants aux 18è et 19è siècles. Elle sera fille de Nanisca, incarnée par la noire Américaine Viola Davis.

Basé sur une histoire originale de Maria Bello, le film s’inspire de véritables événements qui ont eu lieu aux XVIIIe et XIXe siècles dans le Royaume du Dahomey, l’actuel Bénin.

L’histoire se concentre sur Nanisca, générale des Amazones, et sa fille Nawi. Ensemble, elles combattent les tribus françaises et voisines qui violeraient leur honneur, asserviraient leur peuple et menaceraient de détruire tout ce pour quoi elles vivaient.

L’armée des femmes guerrières a évité l’esclavage, le colonialisme et la guerre intertribale pour unifier une nation. Le film sera produit par Welle Entertainment de Cathy Schulman, JuVee Productions de Davis et, Julius Tennon et Jack Blue Productions de Bello.

A en croire Julius Tennon, The Woman King « a le potentiel d’être un changeur de mentalité sur les femmes de couleur partout dans le monde », tandis que Schulman a comparé le projet à Black Panther, la super-superproduction Afrofuturistic de Disney. «  Black Panther vient de nous montrer comment le pouvoir de l’imagination et du savoir pourrait révéler un monde sans stéréotypes sexuels et raciaux” », a-t-elle déclaré.

Pour le moment, aucune date n’est encore fixée pour le début de la production, de même que le nom du réalisateur principal n’a pas été révélé. Mais Nyong’o va bientôt produire et interpréter une minisérie de l’Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie. Davis également continue de jouer dans le très populaire How to Get Away With Murder, dont la quatrième saison commence le 8 mars.

Les amazones, ces fiertés féminines en Afrique

Les Guerrières du Dahomey étaient traditionnellement appelées « Minon », littéralement «nos mères» en Fon, la langue du peuple Fon au Bénin. Certains historiens et observateurs européens les appelaient les Amazones du Dahomey, en souvenir à l’armée mystique et puissante de toutes les femmes appelées Amazones dans la mythologie grecque. Elles étaient connues pour être particulièrement habiles, compétitives et courageuses, aptes à défier tout le monde.

Leurs exercices et défilés militaires ont toujours été exécutés à la danse, la musique et les chansons et leurs armes étaient parfois utilisées comme accessoires chorégraphiques. Comme exprimé dans leurs chansons, leur but était d’éclipser les hommes à tous égards. Elles étaient plus rapides et beaucoup plus courageuses que les soldats masculins.

Le Dahomey entretenait également des relations privilégiées avec le roi, prêtant serment au célibat et vivant dans le palais royal, auquel seuls le roi et son entourage avaient accès.

L’armée des femmes amazoniennes n’est devenue défunte que lorsque le royaume du Dahomey est tombé à la fin du XIXe siècle. Selon l’UNESCO, après deux mois de combats et d’accords auparavant rompus entre les Français et le Dahomey, le roi du Dahomey met le feu à la plupart des palais royaux, marquant la fin du Royaume du Dahomey et de son armée de femmes en 1892.

Charger plus d'articles liés
Charger plus par Emmanuel Vitus
Charger plus dans Bénin
Les commentaires ont été désactivés.