Accueil Economie Energie & Mines Nigeria : Aliko Dangote mise sur une nouvelle raffinerie de pétrole

Nigeria : Aliko Dangote mise sur une nouvelle raffinerie de pétrole

3 min de lecture

Au Nigeria, une raffinerie de pétrole construite par le milliardaire Aliko Dangote représentera la moitié des actifs de son conglomérat lorsqu’elle sera achevée en 2019.

Aliko Dangote a bâti sa fortune sur le ciment, bien que son vaste empire commercial englobe aussi la minoterie, l’agriculture et l’immobilier. Aujourd’hui, il construit la plus grande raffinerie de pétrole au monde et se développe également en engrais, dans le but de résoudre les problèmes de longue date sur les marchés de l’énergie au Nigeria.

Répondre aux attentes

Bien que le Nigeria soit le premier producteur de pétrole brut d’Afrique, il importe la quasi-totalité de son pétrole en raison du mauvais entretien de ses quatre raffineries publiques. Dangote espère répondre aux besoins en carburant de l’ensemble du pays.

Le directeur général du groupe Dangote, Devakumar Edwin, a déclaré que la raffinerie de 10 milliards de dollars devrait être achevée en décembre 2019. « À l’heure actuelle, le ciment est la plus grande partie du groupe, d’ici 2020, la raffinerie sera la plus grande en termes d’actifs », a-t-il déclaré.

Dangote Cement, la plus grande société cotée au Nigeria, a attiré des investissements de Dubaï et des fonds d’investissement sud-africains. Il a dégagé en 2017 un bénéfice de 920,8 millions de dollars, sois une hausse de 60% par rapport à 2016, et est évalué à 4 milliards de dollars.

Selon les informations, la raffinerie de pétrole, qui sera d’une capacité de 650 000 barils par jour, ciblerait également les marchés d’exportation. Elle sera en mesure de traiter différentes qualités de brut, y compris l’huile de schiste. En effet, la société avait eu des entretiens avec des entreprises, notamment Vitol et Shell, au sujet de la fourniture de pétrole brut et de la levée de produits pétroliers destinés à la vente à l’étranger.

La société a emprunté 3,3 milliards de dollars pour le projet, organisé par Standard Chartered Bank. Le reste sera financé par des capitaux propres et par des agences d’exportation.

Charger plus d'articles liés
Charger plus par Emmanuel Vitus
Charger plus dans Energie & Mines
Les commentaires ont été désactivés.